Colloque de l’Institut de Recherche de la FSU et de la FSU, co-organisé avec le centre de formation FSU.

Les 2 et 3 juin 2021 Suivez le colloque en direct sur cette page !

Le syndicalisme au défi du XXIe siècle

Suivez et partagez l’événement facebook: https://www.facebook.com/events/191395099258045

La période que nous vivons est marquée à la fois par le poids croissant de l’idéologie néolibérale, les bouleversements du travail et du rapport salarial, le caractère incontournable de la transition écologique et la place de plus en plus centrale des débats autour du féminisme, du racisme et plus largement des droits humains. Les questions traditionnelles auxquelles s’affrontait le syndicalisme, se trouvent posées en des termes renouvelés, depuis la défense des revendications des salarié.es et la conduite des luttes jusqu’à la construction d’alternatives au capitalisme et la contribution à l’avènement d’un projet émancipateur.

Il s’agira dans ce colloque d’y réfléchir et d’en débattre. L’institut de recherches de la FSU, dans ses chantiers, a déjà abordé ces questions et deux d’entre eux ont produit des livres, l’un « La FSU dans la cour des grands » les autres sur le syndicalisme « N’attendons pas la fin du monde » et « Syndicalisme en commun » qui seront autant de contributions à ce débat.

Notre ambition n’est pas d’apporter des réponses définitives mais de confronter les expériences et les analyses avec des partenaires divers, syndicalistes, chercheur.es, personnalités du monde associatif, et ainsi contribuer à la réflexion de tous et toutes.

Quatre tables rondes

Chaque table ronde comprendra un-e animateur-trice des débats et, à égalité de temps, 4 intervenant-es (chercheur-es de l’IRFSU , chercheur-es académiques, responsables associatif-ves, syndicalistes de la FSU et d’autres organisations) et sera suivie d’un débat avec la salle.

Ce colloque se tiendra en visio par webinaire.

Retrouvez le live ci-dessous ou sur l’événement facebook dédié; puis les tables rondes en cliquant sur les boutons ci-dessous, quelques jours après l’événement.

Vous pouvez aussi vous inscrire au ZOOM en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Sont annoncé-es : Verveine Angeli, Sophie Béroud, Michel Breuvart, Cécile Duflot, Maryse Dumas, Sigrid Gerardin, Murielle Guilbert, Véronique Marchesseau, Philippe Martinez, Jean-Marie Pernot, Alain Policar, Julien Rivoire, Frédérique Rollet, Danielle Tartakowsky, Benoit Teste, Karel Yon, et les chercheur-es de l’IR-FSU.

MERCREDI 2 JUIN

9h30 – 11h30

Dans quel contexte se tient ce colloque ?

Introduction générale par Paul Devin président de l’IR-FSU (15mn)

Puis, pour contextualiser le colloque : Danielle Tartakovsky, historienne et Jean-Marie Pernot chercheur à l’Institut de Recherches Économiques et Sociales pour 30 mn chacun·e. Débat avec la salle.

11H30 Christian Laval de l’IR-FSU (30mn) co-auteur des livres « N’attendons pas la fin du monde » et « Le syndicalisme en-commun » introduira les débats à partir des travaux du chantier de l’institut.

12H15 REPAS

14h – 16h

Nouveaux champs de réflexion et d’interventions syndicales ; approches nouvelles du travail, y compris du travail syndical ; renouvellement des formes d’action

Comment le syndicalisme peut-il faire face à la précarité qui augmente dans le secteur privé, comme dans le public où il s’institutionnalise ? Comment doit-il s’ouvrir à de nouvelles formes du salariat (cf. Uber, auto entreprenariat ..) ? et du travail ? Comment peut-il mieux prendre en charge les salarié.es des PME et TPE ? Comment peut-il agir pour mieux aider à s’organiser un salariat éclaté, les travailleurs.ses privé.es de droits, les sans-papiers, et favoriser l’expression et l’initiative du monde du travail ?

Animation : Francis Vergne, IR-FSU

Intervenant.es : Marie-Hélène Luçon du Chantier « Travail », un.e responsable du SNUTEFI-FSU Pôle emploi, Maryse Dumas CGT et Karel Yon politologue.


16h – 18h

Eco syndicalisme

Si le syndicalisme a eu à traiter dans le passé de questions proches (usines d’armement, nucléaire, sites SEVESO…) la crise écologique (climat, biodiversité, anthropocène), rendue plus perceptible encore par la pandémie, et son traitement, obligent le syndicalisme à poser de façon renouvelée et plus globale les questions portant notamment sur la nature de l’emploi, le travail – qui doit être profondément repensé et transformé –, la formation. Que produire ? Qui produit ? Comment produire ? Que consommer et comment ? Quelle rupture avec le productivisme ? Comment relier la démarche écologique à la question sociale ?

Quels enseignements tirer d’initiatives telles que « Plus jamais ça » ou celle du « Pacte écologique et social »

Animation Jean-Marie Le Boiteux, IR-FSU

Intervenant.es : Godefroy Guibert chantier Transition Écologique et Justice Sociale, Julien Rivoire FSU, Véronique Marchesseau Conf Paysanne, Cécile Duflot OXFAM

JEUDI 3 JUIN

9h00 Alain Dalançon (30mn) co-auteur de « La FSU dans la cour des grands » (1997 – 2010) présentera une approche historique des questions mises en débat dans ce colloque.

9h45– 11h45

Féminisme, antiracisme et la nouvelle question sociale au XXIe siècle

Ces mouvements ont acquis dans la dernière période une dimension sociale déterminante. Les mobilisations féministes ont pris avec MeToo une ampleur mondiale, avec des formes sans cesse renouvelées. Autour de l’enjeu de l’égalité et de la liberté, ils interrogent le syndicalisme dans ses objectifs, ses modes de fonctionnement et son vécu quotidien, au cœur du travail. Au travail et dans la société, quels apports le syndicalisme peut-il porter ? Comment peut-il contribuer à la mise en commun de toutes ces causes émancipatrices et à la construction d’alliances durables avec tous les acteurs du mouvement social ?

Animation : Gérard Aschieri, IR-FSU
Intervenant.es : Josiane Dragoni co-auteure de « La FSU dans la cour des grands », Murielle Guilbert Solidaires, Sigrid Gérardin secteur femmes de la FSU, Alain Policar chercheur associé au Centre de recherches politiques de Sciences Po

REPAS

13h – 15h

Syndicalisme et politique

Si le syndicalisme est toujours intervenu dans le champ politique, une lecture réductrice des objectifs de la Charte d’Amiens (1906) (« l’émancipation intégrale des travailleurs ») s’est lentement répandue, la réduisant à l’indépendance par rapport aux partis politiques. À l’heure de l’urgence sociale et écologique actuelle, et alors que le néolibéralisme impose sa domination globale à l’ensemble de la société, dans quels termes et de quelles façons le syndicalisme peut-il aider à concevoir un nouveau projet de transformation sociale, d’auto-émancipation et coconstruire des alternatives au capitalisme ?

Animation  : Frédérique Rolet, SG du SNES-FSU
Proposition intervenant.es : Erwan Lehoux chantier Alternatives Syndicales, Sophie Béroud politologue, Philippe Martinez SG de la CGT, Verveine Angeli Solidaires,

15h – 16h

Conclusions et perspectives par Benoît Teste, Secrétaire général de la FSU.