Depuis la rentrée de janvier, l’épuisement et l’exaspération de toute la communauté éducative  atteignent un niveau inédit. La responsabilité du ministre et du gouvernement dans cette situation chaotique est totale du fait de changements de pied incessants, de protocoles intenables et d’absence de moyens donnés pour assurer le fonctionnement de l’Education.

 

greve_13_janv_21_intersyndicale